Corporations religieuses et autorité coloniale (Algérie, 1840-1842)

Archives Nationales d’Outre-Mer (Aix-en-Provence, France), Gouvernement Général d’Algérie, fonds L

Le fonds L est dénommé sobrement « Colonisation ». Riche mais profondément disparate, il traite de tout ce qui la touche de près ou de loin.

« Note sur les corporations religieuses », document à en-tête du ministère de la Guerre, ANOM, GGA, L32, 02-02-1842.

« La Mecque et Médine et les autres établissemens [sic] de piété ou de charité ayant chacun son administrateur (oukil), ses revenus, ses dépenses, ses obligations d’intérêt spécial ou commun, étaient au nombre de 200 environ. Beaucoup d’individus vivaient ou des emplois qu’ils y remplissaient ou des secours distribués à divers titres et sous diverses formes. On connait tous les abus de l’administration Turque ; les Maures et leurs successeurs profitant de notre ignorance, les avaient poussés plus loin encore, il parait même que les fonds avaient servi à fomenter des intrigues politiques ; dans l’intérêt des pauvres, de l’ordre et de la paix publique, cet état de choses appelait la surveillance de l’autorité. La tâche était grave et difficile ; il fallait pénétrer l’origine et la constitution de chaque établissement, ses droits et ses obligations ; découvrir la source des revenus qu’on dissimulait et les dépenses dont il restait à peine des traces ; il fallait, en supprimant les abus, respecter les droits acquis, les sentiments religieux et les usages devenus des besoins, sous peine d’ajouter aux misères et au froissement qu’éprouvait la population musulmane. Cette multiplicité à comprendre les formes compliquées de notre administration et une organisation dans laquelle l’autorité qui agit n’est pas celle qui décide et réciproquement, exigeaient que l’étude, la surveillance et la réforme fussent placées dans les mêmes mains. L’administration des domaines fut chargée, à la fin de 1835, de cette mission délicate ; elle y procéda avec mesure et circonspection. Sans exciter les plaintes de la population indigène, qui profita bientôt des améliorations, chaque année de sa gestion fut marquée par un progrès. Peu à peu, les immeubles, au nombre de plus de 2000, furent tous réunis et consignés sur les sommiers ; on commença ainsi à assurer les recettes. On étudia ensuite les obligations particulières à chaque établissement, et un registre en fut dressé ; le personnel fut, à son tour, l’objet de soins analogues. Maître du terrain, on procéda successivement à la réforme des abus en prenant les dispositions nécessaires pour maintenir les droits acquis. Un bureau de contrôle français fut organisé et fonctionna à côté des agens [sic] maures ; ceux-ci furent chargés des caisses et des écritures y relatives, les autres des registres administratifs qui devaient concorder avec les premiers : ainsi s’établirent à la fois et la confiance des indigènes et le contrôle de fait, avant que cette dernière garantie pût résulter de l’existence de pièces. Ultérieurement, les recettes furent constatées par des bordereaux, les dépenses ne purent être acquittées sans un mandat et sans les pièces à l’appui ; enfin, le budget général, impossible alors que chaque jour révélait un fait nouveau, a été formé pour 1842, et toutes les pièces justificatrices des recettes et des dépenses ont été transmises au Ministère. Malgré la démolition d’un très grand nombre d’immeubles, les produits ont doublé, en cinq ans, pour les trois principaux établissements (Mecque et Médine, [?]oulkeirah, andalous), qui possèdent à eux trois, la grande majorité des propriétés. Les aumônes qui, en 1835, étaient de 36000, ont été portées à près de 100000.

Elles étaient d’abord distribuées par le Muphti, en vertu de livrets créés par l’administration : aussitôt que ce service a été bien connu, un arrêté et un règlement préparé par l’administration des Finances et approuvés par le Ministre, ont fait remettre cette branche de l’administration à la Direction de l’intérieur qu’elle pouvait intéresser. Enfin, des édifices long-tems [sic] négligés et tombant en ruines ont été reconstruits ou réparés […]. L’ordre a succédé au désordre depuis que la Direction des finances a été chargée de l’administration des biens et revenus des corporations et que les recettes se sont élevées chaque année, nonobstant l’affectation à des services publics ou la démolition de plus de 200 immeubles. »

||~ Pour citer cet article : “Corporations religieuses et autorité coloniale (Algérie, 1840-1842)”, par Lionel Bagur. Publié sur prééminence-chamaelo, le 24 octobre 2017. Lien : https://chamaelo.hypotheses.org/502. ~||