Autochtones et colonisations

Crédit photographie : Carte de l’Empire britannique (1886) par Walter Crane

Contrôles de territoires : Homo autochtonus à l’épreuve des colonisations

« L’amour – en l’occurrence fraternel – était le mot d’ordre des conquérants impérialistes venus d’Europe. L’amour peut tout vaincre, de fait, s’il est aux mains des envahisseurs armés… »1

 

De l’usage de la violence comme politique hispanique…2

 Conquérir, s’imposer sous une forme unique en fonction des contextes et des réalités politiques de territoires divers et polymorphes, leur conférer une « autonomie » politique et juridique, tel est l’ambitieux dessein de la colonisation vue par la monarchie hispanique des XVIe et XVIIe siècles. Son instrument de prédilection, la violence, participe de la stabilité politique (sic) basée sur le sentiment d’appartenance à la monarchie, appropriation d’une forme militante du catholicisme. Il en résulte une réorganisation de la société fondée sur l’identification entre ordre politique et identité personnelle qui, paradoxalement, définie la situation d’occupation comme un état de normalité.
Malgré l’absence de bureaucratie pratique, la délégation de postes gouvernementaux aux autorités et institutions autochtones demeure une forme de domination dont le but est la collaboration d’agents locaux. Au Mexique, les élites autochtones –définis comme telles par leur capacité d’adaptation et de négociation avec les conquérants– acceptent d’être les instruments de la construction de la Nouvelle Espagne.
En étudiant la violence de la monarchie hispanique dans une perspective globale qui tente de dépasser les limites des historiographies nationales, les auteurs mettent en exergue des intérêts, des tactiques politiques et sociales, la reconstruction du passé, et la recherche d’un discours à l’égard de la conquête comme des processus communs aux colonisés et aux conquistadors.

…à la géographie britannique et « l’exploration corporelle »3

Guerre de l’opium entre empires chinois et britannique modifie les rapports à l’Asie centrale, qui devient pour le second d’un intérêt tout particulier pour la protection de sa possession d’Asie du Sud : l’Inde4.
Durant la seconde moitié du XVIIIe siècle la Grande-Bretagne base son empire non plus sur la seule violence mais sur l’information. Ce qui produit à la fin de ce siècle et au début du suivant, dans la Compagnie des Indes, une floraison de Survey5 (enquêtes) comme le Great Trigonometrical Survey of India, qui symbolise le moment colonial britannique par son recours aux intermédiaires autochtones6. C’est à eux que sont confiés entre 1863 et 1885 l’arpentage d’espaces immenses à des fins cartographiques. Pourquoi ? Il existe alors en Inde un enseignement des sciences et technologies « modernes » ! Selon l’auteur deux pistes éclairent ce choix : domination cognitive des corps et désir pour l’autorité de franchir les obstacles de la construction de son projet géographique7, consubstantiel à cette science impériale8.
Le résultat –la carte d’état-major du Transhimalaya– représente cette forme de domination par le contrôle de l’information géographique et donc le contrôle (théorique) de l’espace réel.

Les indispensables savoirs immatériels de la colonisation européenne

« Au XVIe siècle, la mesure de la Terre est souvent limitée à la grande échelle, celle de l’arpentage, qui n’est en rien une discipline universitaire […] »9, mais son recours indispensable encore au XIXe siècle en démontre toute la force. Elle unie en quelque sorte les Indes occidentales avec l’Inde10.
Ces articles mettent en avant que les intermédiaires participent à la création des savoirs. Dans le cas « des arpenteurs[11] de Sa Majesté », ils adaptent leurs connaissances, interviennent sur les idées, les pratiques, les objets. De plus, manier des savoirs scientifiques nouveaux assoie leur place dans « leur » société12. En intégrant le Great Trigonometrical Survey of India13 ils sont ainsi au cœur de l’information14.
Les auteurs replacent l’apport autochtone dans l’histoire générale, l’histoire des sciences et techniques, dans l’histoire politique et sociale, démontrant que l’Europe doit accepter « ses » moments coloniaux comme constituants de « son » histoire nationale. Ils illustrent les liens étroits entre impérialistes européens et fonctionnaires intermédiaires des administrations traditionnelles locales. Sans ces derniers comment administrer avec succès ?15 Il en est de même, voire plus (?), pour les savoirs cartographiques16.
D’un point de vue historiographique les auteurs abordent l’histoire globale sans en nier l’utilité mais en proposent le dépassement17. L’importance pour la monarchie hispanique18 et les Britanniques des instruments de mesure, rappelle le désir d’imposer « aux mondes » leur étalon de mesure linéaire19. Échanges, métissages, hybridations, dont l’essence est bien différente d’un territoire à l’autre, conduisent à des porosités sociales et culturelles entre les hommes qui y trouvent, selon une échelle et un mode de pensée différenciés, un intérêt certain20.
À une autre échelle cette dépendance aux savoirs et collaborations des autochtones se reflète dans le phénomène d’expansion européen et de son industrie qui pour survivre a besoin du reste « des mondes »21.

||~ Pour citer cet article : “Autochtones et colonisations”, par Lionel Bagur. Publié sur prééminence-chamaelo, le 21 avril 2015. Lien : https://chamaelo.hypotheses.org/15. ~||
  1. Jack Goody, traduit de l’anglais par Fabienne Durand-Bogaert, Le vol de l’histoire -Comment l’Europe a imposé le récit de son passé au reste du monde-, Paris, Éditions Gallimard, coll. « nfr essais », 2010, p.413 [2006, The Thefy of History]. []
  2. D’après l’article de José Javier Ruiz Ibáñez (université de Murcie) et Gaetano Sabatini (université de Rome III), « Monarchy as Conquest : Violence, Social Opportunity, and Political Stability in the Establishment of the Hispanic Monarchy », The Journal of Modern History, Vol. 81, n°3, septembre 2009, pp.501-536. []
  3. D’après l’article de Kapil Raj, « La construction de l’empire de la géographie. L’odyssée des arpenteurs de Sa Très Gracieuse Majesté, la reine Victoria, en Asie centrale », Annales HSS, Vol. 52, n°5, septembre-octobre 1997, pp.1153-1180. []
  4. Pierre Singaravélou, Marie-Claire Bergère et Xavier Paulès, « Colonisation et guerres de l’opium : quand l’Occident dominait l’Asie », L’Inde et la Chine. Les géants de l’Asie, 24e festival international du film d’histoire de Pessac, 18-25 novembre 2013, table ronde avec L’Histoire, cinéma Jean Eustache de Pessac, mercredi 20 novembre 2013, [interventions de deux heures]. []
  5. À noter, services techniques et scientifiques assurés surtout par les Écossais, autres colonisés intermédiaires… []
  6. Habitudes contractées dès 1600 dans les relations commerciales, s’étendent ensuite dans les années 1750 aux structures administratives (héritages mogole ou princier) en conservant la plupart des fonctionnaires locaux. []
  7. En 1997, l’historiographie traitant des liens entre géographie et empires est jugée balbutiante par Kapil Raj. Depuis elle s’est considérablement enrichie. Voir en France par exemple les travaux de Pierre Singaravélou, Isabelle Surun et Hélène Blais. []
  8. Denis Retaillé, « Comment décoloniser une science impériale : la géographie », Retour éthique d’un parcours éloigné, MSHA de Pessac, Pessac, mardi 28 janvier 2014 [conférence de deux heures] ; Claude Boudreau, La cartographie au Québec, 1760-1840, Sainte-Foix (Québec), Les Presses de l’Université de Laval, coll. « Géographie historique », 1994. []
  9. Axelle Chassagnette, « La géométrie appliquée à la sphère terrestre -Le De Dimensione terrae (1550) de Caspar Peucer- », Histoire & mesure, Vol. XXI, n°2, 2006, pp.7-28 [p.11]. []
  10. Collectif, La péninsule Ibérique et le monde (années 1470-années 1640), Paris, Presses de l’université Paris-Sorbonne, 2014, p.18 : « Les Ibériques sont les seuls Européens à s’offrir les fastes de la civilisation aztèque et les splendeurs de la civilisation hindoue. » []
  11. Henri Galinié, Xavier Rodier et Laure Saligny, « Entités fonctionnelles, entités spatiales et dynamique urbaine dans la longue durée », Histoire & mesure, Vol. XIX, n°3/4, 2004, pp.223-242 [pp.223-224] ; « Images de la topographie », ch.11 dans Élisabeth Hébert (dir.), Instruments scientifiques à travers l’histoire, Paris, Ellipses, 2004. []
  12. Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde -Histoire d’une mondialisation-, Paris, Éditions de la Martinière, coll. « Points histoire », 2004, pp.88-91 ; sur les cartes et les savoirs indigènes pp.209-210 ; pp.232-236 et pp.324-325. []
  13. Kapil Raj cite à deux reprises le Kim de Kipling (dernier livre ayant pour sujet l’Inde) où le héros intègre justement cette institution. Ne peut-on pas y voir comme un jeu de miroir inversé avec cet orphelin anglo-indien « […] être double, à l’identité brouillée, ayant perdu la deuxième syllabe de son prénom Kimball et son patronyme complet, O’Hara, désanglicisé en quelque sorte et corollairement indianisé » en quête de ses origines et de son futur ? Citation entre guillemets extraite de Claudine Le Blanc, « L’enfant et l’Empire. Poétiques de l’Inde coloniale dans Kim de Kipling (1901) et Swami and friends de R.K. Narayan (1935), ou la littérature par l’enfance », Strenæ, mars 2012, paragraphe 4 ; anecdotique ? Kapil Raj peut se traduire par empire britannique colonial / anglo-indien (Raj) fauve (en hindî = Kapil)… []
  14. Christopher Alan Bayly, Empire and information. Intelligence gathering and social communication in India, 1780-1870, Cambridge, Cambridge University Press, 2000. À noter que Kapil Raj apporte plus de nuances sur le rôle des intermédiaires… []
  15. ( Op.cit., RAJ, 1997, p.1165) ; Kapil Raj, « L’orientalisme en Inde au tournant du XIXe siècle : la réponse du mondialisme britannique à l’universalisme de la Révolution française », Annales historiques de la Révolution française, n°320, avril-juin 2000, pp.89-99 ; Kapil Raj, « Régler les différends, gérer les différences : dynamiques urbaines et savantes à Calcutta au XVIIIe siècle », Revue d’histoire moderne et contemporaine (Belin), n°55-2, mai 2008, pp.70-100. []
  16. Kapil Raj, Relocating Modern Science : Circulation and the Construction of Knowledge in South Asia and Europe, 1650-1900, Basingstoke & New York, Palgrave Macmillan, 2007 : deux chapitres y sont consacrés reprenant pour partie son article de 1997. []
  17. Pour le concept de monarchie polycentrique, Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric monarchies. How did Early Modern Spain and Portugal Achieve and Maintain a Global Hegemony ?, Brighton, Sussex Academic Press, 2012 ; id., voir Oscar Mazín sur le rôle des élites créoles et indiennes ; Voir les travaux d’Anne Dubet, en particulier « L’arbitrisme : un concept d’historien », Les Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 24, 2000, pp.1-22. []
  18. Marie-Noëlle Bourguet et Christian Licoppe, « Voyages, mesures et instruments : une nouvelle expérience du monde au Siècle des lumières », Annales HSS, Vol. 52, n°5, septembre-octobre 1997, pp.1115-1151. []
  19. Martina Schiavon, Itinéraires de la précision : géodésiens, artilleurs, savants et fabricants d’instruments de précision en France, 1870-1930, Nancy, PUN-éditions universitaires de Lorraine, 2014 ; Yannick Marec, « les résistances à l’introduction du système métrique », dans Élisabeth Hébert (dir.), Instruments scientifiques à travers l’histoire, Paris, Ellipses, 2004. []
  20. Cela explique en partie par exemple, que « […] même dans un univers fait de domination et de violence, l’adoption du christianisme par les populations locales ne pouvait relever uniquement de la contrainte. » : Aliocha Maldavsky, « Missionnaires, chrétiens et christianisation en Amérique andine », dans Op.cit., (Collectif, 2014, p.159. []
  21. Voir la place du coolie dans Bruno Marnot, La mondialisation au XIXe siècle (1850-1914), Paris, Armand Colin, coll. « Histoire U », 2012, pp.161-164. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *