Archives par mot-clé : voyage

Menu philhellénique ou comment se nourrir de Grèce

Crédit photographique : BALLU Théodore, Vue du temple d’Erechthée à Athènes, aquarelle (18 x 27 cm),  musée des beaux-arts d’Angers, 1846. [Photographie de P. David pour les musées d’Angers].


     Les architectes, séduits de prime abord par les monuments les plus renommés, guidés qu’ils sont par leurs professeurs vers l’Antiquité romaine, aiguisent leur curiosité. Avec le temps et la pratique ils se tournent vers d’autres temporalités, d’autres civilisations et s’intéressent notamment aux vestiges de la Grèce. La Sicile et Venise leur donnent l’occasion d’appréhender l’Orient, avant peut-être d’y poursuivre leurs voyages.
Les architectes semblent soucieux de défendre la supériorité du point de vue artistique sur l’archéologie (influence académique ?), mais à ce jeu leurs travaux baignent parfois dans le pittoresque, au risque de s’y noyer.

Continuer la lecture de Menu philhellénique ou comment se nourrir de Grèce

Essai de synthèse sur le voyage au XVIIIe siècle (notion, formes, acteurs, pratiques…)

Crédit photographique : D’après une gravure, « Coche de voyage »,  Bulletin de la Société de l’histoire de Normandie, 1887.


Une histoire des connaissances, de la pensée

     À la manière d’Étienne Bourdon qui cherche à comprendre le processus de l’orogénèse des montagnes alpines chez les élites françaises et italiennes (2011, p.29), on tente ici de saisir, et plus particulièrement à travers l’exemple des Russes au XVIIIe siècle, le voyage comme une histoire des savoirs. Partir de cas particuliers afin de comprendre comment par exemple le Grand Tour, non pas seulement sous l’aspect géographique mais culturel, est une pratique spatiale et humaine de la rencontre.

Deux articles servent de base à ce cheminement, leur choix n’est pas le fruit du hasard puisque l’on y retrouve deux apports majeurs. En effet, Jean Boutier révèle que le voyage dans le cadre du Grand Tour n’est pas une pratique aristocratique exclusivement anglaise (2004), quant à Wladimir Berelowitch (1993) il traite en pionnier de personnes et pratiques d’une partie de l’Europe peu étudiée1, ce qui permet de compléter, confirmer, voire infirmer, les données jusqu’alors connues du voyage (début des années 1990).

Continuer la lecture de Essai de synthèse sur le voyage au XVIIIe siècle (notion, formes, acteurs, pratiques…)

  1. La Russie est « […] largement méconnue en France au début du XVIIIe siècle. Elle intrigue moins que la Perse, l’Inde ou la Chine, elle attire moins les voyageurs et excite moins l’imagination des lecteurs des récits de ces derniers. » (BELISSA, 2010, p.30). []