Archives par mot-clé : Algérie

« Compte rendu de lecture d’un ouvrage de Zeynep Çelik »

Crédit photographique : Panorama d’Alger. vue prise depuis la Casbah (1890-1899), FR, ANOM, 8FI437 © ANOM sous réserve des droits réservés aux auteurs et ayants droit


ÇELIK Zeynep, Urban Forms and Colonial Confrontations. Algiers under French Rule, Berkeley et Los Angeles, University of California Press, 1997, XIV + 236 pages, 104 illustrations, sources et bibliographie pp.221-226, index pp.229-236. [Dessins et majorité des cartes par John Mc Kenna]1.

   Zeynep Çelik, américaine d’origine turque, est diplômée de la prestigieuse université technique d’Istanbul (licence en architecture, 1975), d’un master en architecture de l’université de Rice au Texas (1978), d’un doctorat en architecture de l’université de Berkeley2. D’abord enseignante à l’école d’architecture de Columbia, fonction qu’elle occupe en 19883, elle passe la majeure partie de sa carrière comme professeur au New Jersey Institute of Technology. Elle y a terminé son parcours académique depuis peu (émérite). Elle a écrit et continue d’écrire de nombreux articles et ouvrages sur l’histoire de l’architecture.
Urban Forms […] est le résultat publié de séminaires présentés dans les universités de Columbia, Cornell, Harvard, de Californie à Santa Cruz, du Texas à Austin, de Washington, de Pennsylvanie, de Californie à Los Angeles, dans une réunion d’historiens de l’architecture à Seattle, à Tanger en 1996 (conférence organisée par The American Institute for Maghrib Studies.).

Continuer la lecture de « Compte rendu de lecture d’un ouvrage de Zeynep Çelik »

  1. Plusieurs auteurs ont déjà effectué une recension de cet ouvrage mais aucune en français. C’est un canadien de langue anglaise qui est le plus prompte puisque sa recension paraît trois mois après celle d’Urban Forms[…] : Mc DERMOTT John, « Çelik, Zeynep, Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », Urban History Review/revue d’histoire urbaine, vol.26, n°1, octobre 1997, pp.59-60. [Retraite en 2002, a démarré en 1968 à l’université de Winnipeg au département d’histoire]. Il souligne l’abondance des notes comme garante d’un bon travail mais remarque l’absence de l’utilisation des sources algériennes ; M.E. LORCIN Patricia, « Review of Celik, Zeynep, Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », H-France, H-Net Reviews in the Humanities & Social Sciences, février 1998, pp.1-3. ; GILSON-MILLER Susan, « Zeynep Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », Journal of the Society of Architectural Historians, vol.57, n°2, juin 1998, pp.224-225. ; LAWLESS Richard, « Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », The Middle East Journal, vol.52, n°3, été 1998. [Voir son article qui s’inscrit dans la continuité de la publication de l’EPHE sur les villages désertés et l’histoire économique (1965), « The Lost Berber Villages of Eastern Morocco and Western Algeria », Man, New Series, vol.7, n°1, mars 1972, pp.114-121.] ; WHITE Owen, « Zeynep Çelik’s Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », The English Historical Review, vol.114, n°455, février 1999, p.243. La plus courte proposition mais aussi la plus critique, il insiste sur le fait que le livre ne permet pas de saisir la nature du pouvoir colonial à Alger, l’absence des interactions entre la colonie et la métropole, les européens et les autochtones. Le fait qu’il soit à l’université d’Oxford joue-t-il un rôle sur sa perception ? Maîtrise-t-il mieux le sujet que les autres puisque l’Algérie est aussi son sujet de recherche ? Prépare-t-il le terrain à ses futures publications en se positionnant par rapport à l’ouvrage pionnier ? Il enseigne actuellement à l’université de Delaware aux États-Unis et publie courant 2015 une contribution sur le vin en Algérie (1869-1963) ; OSBORNE A. Michael, « Zeynep Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », The American Historical Review, vol.104, n°3, juin 1999, p.1042. ; RABINOW Paul, « Zeynep Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », The Journal of Modern History, vol.71, n°3, septembre 1999, pp.724-726. ; CLANCY-SMITH Julia, « Zeynep Çelik, Urban Forms and Colonial Confrontations : Algiers under French Rule », International Journal of Middle East Studies, vol.31, n°1, février 1999, pp.128-130. Son amitié et son admiration ne se démentent pas puisqu’on la retrouve dédicaçant en 2008 (voir plus avant dans le texte) ; DEMISSIE Fassil, « On Building the Colonial Edifices in Algiers Urban Forms and Colonial Confrontation : Algiers under the French Rule by Zeynep Çelik », Social Identities : Journal for the Study of Race, Nation and Culture, vol.7, n°1, 2001, pp.123-133. []
  2. Page de garde de sa thèse, ÇELIK Zeynep, The Impact of Westernization on Istanbul’s Urban Form, 1838-1908, thèse en architecture, Berkeley, Université de Californie, 1984. Il n’est pas précisé que c’est un bachelor obtenu à Istanbul mais dans sa biographie sur le site internet du département d’histoire de l’université du New Jersey, il est indiqué « B. ». Cette thèse s’attache, entre autre, à déterminer les théories et techniques appliquées selon les modèles occidentaux à Istanbul en un peu moins d’un siècle, afin de mesurer l’impact sur les institutions traditionnelles et les stratégies urbaines (éclairage et hygiène public, prévention contre les incendies, etc.) mises en œuvre alors que l’Empire Ottoman décline. Travaille sur les sources des archives turques mais surtout d’après les sources imprimées (journaux et revues), voir infra., la réflexion sur l’utilisation des sources dans Urban Forms […] (1997). []
  3. CELIK Zeynep et FAVRO Diane, « Methods of Urban History », Journal of Architectural Education (1984-), vol.41, n°3, Urban History in the 1980s, printemps 1988, pp.4-9. Dans cette publication, dans une autre, ainsi que dans sa thèse la cédille à son patronyme est absente. Pour la thèse on pourrait l’expliquer par une difficulté technique inhérente à l’emploi de la machine à écrire, pour les autres ? Cela a son importance, en turc la présence de la cédille se prononce (tch), c’est donc (tch)elik. []