Menu philhellénique ou comment se nourrir de Grèce

Crédit photographique : BALLU Théodore, Vue du temple d’Erechthée à Athènes, aquarelle (18 x 27 cm),  musée des beaux-arts d’Angers, 1846. [Photographie de P. David pour les musées d’Angers].


     Les architectes, séduits de prime abord par les monuments les plus renommés, guidés qu’ils sont par leurs professeurs vers l’Antiquité romaine, aiguisent leur curiosité. Avec le temps et la pratique ils se tournent vers d’autres temporalités, d’autres civilisations et s’intéressent notamment aux vestiges de la Grèce. La Sicile et Venise leur donnent l’occasion d’appréhender l’Orient, avant peut-être d’y poursuivre leurs voyages.
Les architectes semblent soucieux de défendre la supériorité du point de vue artistique sur l’archéologie (influence académique ?), mais à ce jeu leurs travaux baignent parfois dans le pittoresque, au risque de s’y noyer.

Le goût grec

    Marie-Christine Hellmann et Philippe Fraisse, dans leur contribution « Le goût grec avant les restaurations des Prix de Rome » (1982), évoquent tour à tour « les pionniers » puis « les voyageurs en Grèce du début XIXe siècle », traitent des « premiers Prix de Rome en Grèce (1845-1863) », abordent ce qu’ils nomment la « nouvelle période (1875-1894) » et décident de conclure avec un énigmatique « âge nouveau (fin du XIXe siècle – début du XXe siècle) ».

Les auteurs établissent un rappel historico-culturel sur la mode des antiquités grecques – début du XVIIe siècle – tout en précisant que les architectes ne s’appuient qu’indirectement sur ces sources, leur préférence les portant vers des ouvrages de la seconde moitié du XVIIIe siècle, plus faciles d’accès. Par exemple le recueil de David Le Roy, aimé puis abandonné pour son côté trop « pittoresque », ou l’ouvrage des anglais Stuart et Revett, respectivement peintre et architecte1.

     Les architectes s’inspirent des découvertes et travaux menés en Grande-Grèce et Sicile, en particulier à Paestum et Agrigente, (HELLMANN et FRAISSE, 1982, p.26). Paestum est alors au cœur des débats concernant une architecture grecque peinte en couleurs2. Certains en précurseurs éclairés, tel Jacques-Ignace Hittorff dès 1820 et suite à un voyage en Sicile, affirment l’existence de la polychromie chez les Grecs3. Ce dernier d’ailleurs, à la demande du prince Jérôme Napoléon, réalise une maquette de temple grec entièrement polychrome. Elle sera exposée à Paris au Salon de 1859, mais détruite lors de la Commune4. De fait, les « états actuels» faits avec un soin scrupuleux indiquent et confirment des restes de peinture. Cela va conduire à une certaine dérive puisque les architectes, qui donnent de façon générale un rôle éminent au décor, vont très/trop richement colorer les « Restaurations »5. Pour résumer simplement, l’intérêt des architectes pour la polychromie doit beaucoup aux relevés faits à Pompéi, aux restitutions colorées des temples de la Grande-Grèce mais aussi à la découverte des mosaïques de Venise ou de Monreale en Sicile.
Force est de constater que dans les années 1980 l’agitation est toujours de mise – selon un prisme différent bien entendu – et ce jusqu’à nos jours, puisque les splendeurs de Macédoine bouleversent encore la donne6.

Louis François Sébastien Fauvel un des pères de l’archéologie française en Grèce, le colonel Leake, Dodwell, Cockerell7, etc., influent et modèlent le mouvement philhellénique européen8. Anglais en chefs de file, mais les Allemands avec Otto Magnus von Stackelberg, dominent à partir de 1833 et surtout après la guerre d’Indépendance avec les fouilles emblématiques sur l’Acropole dès 1834, année où Athènes est couronnée capitale9.

C’est avant tout le désir de contrecarrer les visées politiques des autres puissances européennes qui prévaut le philhellénisme français. Les pensionnaires de la Villa Médicis n’ont pas d’autorisation gouvernementale pour « pratiquer » le voyage en Grèce !10
Ainsi Victor Baltard se le voit refuser en 1835, le « […] remarquable conservatisme de l’Académie des Beaux-Arts, à cette époque, est directement à l’origine du retard des Français dans l’appréciation du phénomène grec et néo-grec. », (HELLMANN et FRAISSE, 1982, p.32). Des initiatives isolées ou extérieures aux « Prix de Rome » leur procurent cependant des éléments d’inspiration11. Ainsi quelques années avant sa participation à celle de l’Algérie, Guillaume Abel Blouet participe en 1829 à l’expédition scientifique de Morée12. Jacques Clerget accompagne Charles Félix Marie Texier en Asie Mineure13. Enfin, Louis Nicolas Auguste de Forbin, Théodose Achille Louis vicomte du Moncel – reconnu pour ses recherches scientifiques sur l’électricité –, le peintre Etienne Rey et l’architecte Antoine Chenavard, publient leur voyage.

    Mais rien n’y fait et il faudra attendre encore jusqu’en… février 1845 et l’accord donné par l’académie des Beaux-arts pour « […] que les architectes de l’Académie de France à Rome [puissent] choisir les monuments de la Grèce pour leurs projets de restauration […] puis […] septembre 1846 [pour la création d’une] ‘‘Ecole française de perfectionnement, pour l’étude de la langue, de l’histoire et des antiquités grecques’’ […] », (op. cit., 1982, p.17). Quatre mois d’études durant la troisième année de leur séjour romain avec un pécule de 1000 francs. Le pensionnaire effectue des relevés et des restitutions mais il exécute aussi des fouilles et des restaurations14. Les auteurs indiquent que Titeux et Paccard sont les premiers à profiter de l’autorisation officielle du voyage mais qu’en fait l’année précédente Ballu avait ouvert la voie. Or Ballu n’est jamais parti en 184415. La section Beaux-Arts de l’école citée plus haut, ouverte le 25 janvier 1847 est accessible aux pensionnaires de Rome, (id., 1982, p.34).

Ce conservatisme exacerbé de l’académie produit une doctrine esthétique elle-même conservatrice. Celle du mythe du temple grec qui « […] devient le symbole unique de l’antiquité gréco-romaine […] » et enfante/est enfanté par un « […] attrait préférentiel pour le Parthénon de l’Acropole d’Athènes […] », (op. cit., 1982, p.32).
La figure tutélaire d’Antoine Chrysostome Quatremère de Quincy, opposant orthodoxe et pourfendeur de la couleur dans les temples, pèse de tout son poids16. « On ne connaissait et ne voulait connaître de la Grèce qu’une image monumentale en accord avec l’idée de la ‘‘grande architecture’’ […] » (ibid., p.32), de cette architecture dite « officielle » en recherche perpétuelle de modèles à imiter. Cela conduit à cet état de fait curieux que l’art grec est « […] mieux étudié et célébré dans ses copies romaines ou dans les textes littéraires que dans la réalité […] », (ibid.)17.

La fin du voyage

     C’est ici qu’aurait dû s’arrêter la contribution des auteurs si l’on se réfère à leur titre, « […] avant les Restaurations des Prix de Rome ». Or celle-ci continue, révélant ainsi un problème de cohérence, d’autant que des éléments sont repris (avec des nuances parfois contradictoires !) par les autres contributeurs de l’ouvrage. Cela peut s’expliquer par le fait que chaque auteur travaille dans son coin, ignorant en grande partie ce que produit l’autre. Il est possible aussi que les échéances de publication aient précipité, comme cela arrive souvent, la finalisation de cet ouvrage.
Si les œuvres présentées sont assez représentatives, utilisées d’ailleurs avec soin et cohérence, la partie textuelle, à l’exception du chapitre de Marie-Françoise Billot, souffre d’un traitement trop disparate et il est plus sage de se reporter à l’ouvrage de Janine Barrier (2005)18 qui propose une véritable synthèse de la question que les auteurs en 1982 proposaient de traiter19.

De ces années 1860 jusqu’à 1875, période donc en théorie hors cadre de la contribution, on souhaite relever un point intéressant : celui de la désaffection de l’Orient. Il a été si dur d’imposer le voyage en Grèce qu’il paraît en effet curieux qu’à peine une décennie plus tard le mouvement s’essouffle20.

    Les auteurs s’interrogent – sans répondre – si cela traduit un effet de mode ou si cette situation résulte des faibles ressources pécuniaires allouées pour le voyage. On ne peut nier que ce dernier point a réellement un impact mais on propose trois pistes tendant à apporter des éclaircissements.

La première est qu’à partir des années 1860, le malaise des architectes est lié à la raréfaction de nouveaux sites jugés dignes d’être étudiés, mais surtout à l’émergence de l’archéologie comme science autonome. Elle suscite un sentiment de suspicion face au principe de la restauration.
La seconde est le fort attrait pour l’Algérie qui est devenue alors « l’Orient », certes plus proche géographiquement de la métropole mais tellement plus exotique. Que l’on pense simplement à Timgad surnommée « la Pompéi algérienne », l’une des plus grandes villes construites sur l’ordre de l’empereur Trajan vers l’an 100 de notre ère, (re)découverte durant cette période et même si les fouilles sont plus tardives21. Le musée d’Orsay conserve trois restitutions d’Albert Ballu qui permettent de saisir tout le luxe des matériaux utilisés (marbres, calcaires bleu et blanc, grès). La profusion des sculptures, des inscriptions et des mosaïques parachèvent l’œuvre.
Napoléon III mène sa politique du « Royaume arabe » et l’Algérie prend une importance politique (intérieure et extérieure) qui ne peut qu’influer sur les désirs et les aspirations des architectes.
Enfin la dernière piste est la montée en puissance de la photographie. Nombreux sont les architectes qui vendent leurs dessins ou peintures de retour en France, voire exposent aux Salons22. Certains mêmes s’en servent comme financement de leur voyage et des frais y afférant. Que peuvent-ils faire face à la « réalité » photographique et à sa concurrence qui va croissante ?

     Pour l’État qui finance le séjour à la Villa Médicis, l’objectif est de pouvoir employer sur les chantiers des grands édifices publics, les pensionnaires revenus en France. Leurs travaux de restauration, qui restituent le monument, sont l’une des possibilités d’exercer leurs qualités d’architecte. Ce point commun « aux grecs » pourtant essentiel n’est absolument pas abordé par Marie-Christine Hellmann et Philippe Fraisse.
De la même façon quid des retombées ? Dans la première moitié du XIXe siècle, ces « Restaurations » ont une incidence féconde sur la création architecturale car les architectes transforment leur rapport à la temporalité grâce à l’affermissement des connaissances historiques ou archéologiques. Un bémol cependant car ce semblant d’objectivité idéale est contrebalancé par le recours à l’invention archéologique, que certains portent aux limites du phantasme, de l’onirisme.

Puisque le but des deux auteurs était de mettre en exergue les influences et les pionniers du « goût grec », on ne peut que remarquer l’absence de Félix Duban, pensionnaire de la Villa Médicis au début des années 1820, pourtant l’un des premiers à restituer la polychromie de l’architecture antique dans ses relevés et ses reconstitutions23.
En 1850, l’érudit Jules Gailhabaud publie Monuments anciens et modernes, un chapitre est consacré au temple dit de Neptune à Paestum. Le texte est suivi de planches gravées d’après des dessins de Viollet-le-Duc. Pourquoi ce dernier est-il absent alors qu’il permet un contre-point savoureux aux « Prix de Rome » méfiant qu’il est vis à vis du système académique, jusqu’à refuser de suivre la formation de l’école des Beaux-arts ? S’il renonce de fait au Grand Prix de Rome, il reste cependant désireux de parfaire ses connaissances en Italie, et parvient à financer son voyage grâce à Louis-Philippe qui le rémunère pour une grande aquarelle. Il y séjourne ainsi de mars 1836 à septembre 1837, mais se montre rarement élogieux pour l’art romain qu’il considère comme un dérivé impur de l’art grec…

||~ Pour citer cet article : “Menu philhellénique ou comment se nourrir de Grèce”, par Lionel Bagur. Publié sur prééminence-chamaelo, le 17 juillet 2015. Lien : http://chamaelo.hypotheses.org/350. ~||

BIBLIOGRAPHIE

BARRIER Janine, Les architectes européens à Rome -1740-1765-. La naissance du goût à la grecque, Monum/Éditions du patrimoine, collection Temps et espace des arts, Paris, 2005.
BLOUET, RAVOISIÉ (et al)., Expédition scientifique de Morée, ordonnée par le gouvernement français. Architecture, sculptures, inscriptions et vues du Péloponnèse, des Cyclades et de l’Attique, mesurées, dessinées, recueillies et publiées par […], 3 volumes, (1831-1838).
COCKERELLCharles Robert, The temples of Jupiter Panhellenius at Aegina and of Apollo Epicurius at Bassae near Phigaleia in Arcadia: to which is add a memoir of the systems of proportion employed in the original design of these structures [W. Watkiss Lloyd], Londres, John Weale, 1860.
DESCAMPS-LEQUIME Sophie (sous la dir.), Peinture et couleur dans le monde grec antique, Milan et Paris, 5 Continents Editions et Musée du Louvre Editions, 2007. [Sélection de communications, actes du colloque des 10 et 27 mars 2004].
DODWELL Edward, A classical and topographical tour through Greece, during the years 1801, 1805, and 1806, vol. II, Londres, Rodwell & Martin, 1819.
GRAND-CLÉMENT Adeline, « Couleur et esthétique classique au XIXème siècle : l’art grec antique pouvait-il être polychrome ? », Ítaca. Quaderns Societat Catalana d’Estudis Clàssics, n° 21, 2005, pp.139-160.
GRAND-CLÉMENT Adeline, « Histoire du paysage sensible des Grecs à l’époque archaïque : le problème des couleurs », Toulouse, thèse en sciences de l’Antiquité, université Jean Jaurès, 2006.
GUILMEAU-SHALA Stéphanie, « En quête de la couleur : publication de dessins réalisés lors de voyages d’études en Grèce », Bibliothèques d’atelier. Édition et enseignement de l’architecture, Paris 1785-1871, Paris, INHA, coll. « Les catalogues d’exposition de l’INHA », 2011.
HELLMANN Marie-Christine et FRAISSE Philippe, « Le goût grec avant les restaurations des Prix de Rome », dans Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, Ecole française d’Athènes, Museum of Fines Arts (Houston), Paris-Rome-Athènes. Le voyage en Grèce des architectes français aux XIXe et XXe siècles, catalogue de l’exposition présentée à Paris (1982), [Athènes (1983), Houston (1983), New York (1984)], Paris, École nationale supérieure des Beaux-Arts, 1982.
HELMMANN Marie-Christine, « Les architectes de l’École française d’Athènes », Bulletin de correspondance hellénique, vol. 120, n°1, 1996, pp.191-222. [Numéro spécial pour les cent cinquantenaires de l’EFA].
JACQUES Annie (commissaire d’exposition, conservatrice en chef), «Italia Antiqua, envois de Rome des architectes français en Italie et dans le monde méditerranéen aux XIXe et XXe siècles », exposition du 12/02/2002 au 21/04/2002, Paris, ENSBA, 2002.
Le ROY David, Les Ruines Des Plus Beaux Monuments De La Grèce : Ouvrage Divisé En Deux Parties Où L’On Considere, Dans La Première, Ces Monuments Du Côté De L’Histoire ; Et Dans La Seconde, Du Côté De L’Architecture, chez deux éditeurs à Paris, un libraire à Amsterdam, Paris, 1758.
OUAHÈS Rachid, « Ballu Albert (Paris, 1849 – Paris, 1939) », dans POUILLON François (dir.), Dictionnaire des orientalistes de langue française, Paris, Karthala éditions, 2008, pp.43 et 44.
OULEBSIR Nabila, « La découverte des monuments de l’Algérie. Les missions d’Amable Ravoisié et d’Edmond Duthoit (1840-1880) », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, n°73-74, 1994, pp.57-76.
PÉROUSE DE MONTCLOS Jean-Marie, ‘‘Les prix de Rome’’ – Concours de l’Académie royale d’architecture au XVIIIe siècle, Paris, Berger-Levrault Ecole nationale supérieure des Beaux-Arts, 1984.
PICARD-CAJAN Pascale (dir.), Ingres et l’Antique. L’illusion grecque, Arles, Actes Sud / Musée Ingres / Musée départemental de l’Arles antiques, 2007.
PINON Pierre et AMPRIMOZ François-Xavier, Les envois de Rome (1778-1968), architecture et archéologie, Ecole Française de Rome (palais Farnèse), coll. « l’Ecole Française de Rome », Tome 110, 1988. [Catalogue des envois entre 1778 et 1968 et chronique des règlements, étude des procédures de préparation et d’élaboration des dessins.]
ROQUE Phocion (d’après le colonel Leake), Topographie d’Athènes, Paris, Henri Plon éditeur, 1869.
STUART James & REVETT Nicholas (as measured and delineated by), The Antiquities of Athens and Other Monuments of Greece, [Seventy-one plates], Londres, 3ème édition, Henry G. Bohn, 1858. [Première édition en 1763, mission en Grèce entre 1751 et 1753 par la Société des Dilletanti].
VON STACKELBERG Otto Magnus, La Grèce : vues pittoresques et topographiques, Paris, disponible chez trois éditeurs, 1830.
ZAMBON Alessia, « Fauvel et les vases grecs », Journal des savants, N°1, 2006, pp.3-63.

  1. Voir (Le ROY, 1758) et (STUART et REVETT, 1763). []
  2. Ce que traduit « l’Envoi » en 1828 d’Henri Labrouste, un de ces plus fervents représentants. []
  3. Architecte établi au service de Louis XVIII, Hittorff passe dix-huit mois en  entre 1822 et 1824. Ce goût pour la couleur l’amena en Grèce et en Italie (acropole de Sélinonte en Sicile). Un colloque international « Call for Papers : Crossing boundaries: Rethinking European architecture beyond Europese Italie » qui s’est déroulé à Palerme du 13 au 17 avril en 2014 confirme implicitement l’importance de l’héritage de ces espaces. Hittorff est également influencé par l’Égypte – son beau-père participe à l’expédition de Bonaparte –, où il ne se rendit cependant jamais. []
  4. Une reconstitution a été réalisée et présentée à l’occasion de l’exposition « Ingres et l’Antique », tenue au Musée de l’Arles et de la Provence antiques, (2/10/2006 au 2/10/2007) et de Montauban. Se reporter à (PICARD-CAJAN, 2007). Elle brille par son absence sur le Net et dans le descriptif de l’exposition sur le site des deux musées ! Elle existe pourtant puisqu’on l’a personnellement longuement observée à Arles. []
  5. À noter que suite à une mauvaise interprétation les « Restaurations » de cette première période sont presque toutes hypéthrales. []
  6. Pour une synthèse sur la polychromie en écho aux questions et débats qui agitaient le monde de l’architecture et de l’archéologie grecque dans les années 1820-1830, voir (DESCAMPS-LEQUIME, 2007). []
  7. Un portrait dessiné par Ingres était présenté durant l’exposition Ingres et l’Antique (2/10/2006 au 2/10/2007) au Musée de l’Arles et de la Provence antiques. Se reporter à (PICARD-CAJAN, 2007). []
  8. Sur Fauvel voir (ZAMBON, 2006). Pour l’ouvrage de Leake, voir (ROQUE, 1869). Pour les autres se reporter directement à leurs ouvrages, (DODWELL, 1819) et (COCKERELL, 1860). []
  9. Voir (VON STACKELBERG, 1830). []
  10. Sur les « envois de Rome », se reporter à (JACQUES, 2006) et (PINON, 1988). []
  11. Sur les « Prix de Rome » (architecture), se reporter à (PÉROUSE DE MONTCLOS, 1984). []
  12. Voir (BLOUET, RAVOISIÉ, 1831-1838) et (OULEBSIR, 1994). []
  13. Texier est archéologue et architecte, il devient en 1843 inspecteur général des Bâtiments civils en Algérie. []
  14. Ce « […] qui nous vaut l’Envoi de [Théodore] Ballu […] », (op. cit., 1982, p.17). Son fils Albert, architecte également a travaillé en Algérie. Il a – entre autres – réalisé la cathédrale et la gare d’Oran. Il mène une carrière partagée entre restauration des monuments historiques et construction. Il est, trente ans durant, architecte en chef des Monuments historiques d’Algérie, où il dirige les fouilles de Timgad et de Tebessa. Rachid Ouahès (2008) lui consacre une notice bibliographique. []
  15. L’erreur est confirmée dans (HELLMANN, 1996, p.191). []
  16. Voir (GRAND-CLÉMENT, 2005, pp.146-152) pour la controverse entre Quatremère et Hittorff. Et pour la contribution générale à la question de la polychromie, se reporter à (GRAND-CLÉMENT, 2006). []
  17. Voir dans (HELLMANN, 1996, pp.197-200), « Où les chemins des architectes Grands Prix de Rome et ceux des Athéniens divergent ». []
  18. À lire absolument, « Du ‘‘goût grec’’ au ‘‘goût à la grecque’’ », (pp.149-164). []
  19. BILLOT Marie-Françoise, « Recherches aux XVIIème et XIXème s. sur la polychromie de l’architecture grecque », (op. cit., 1982, pp.61-125). []
  20. « On se lasse pourtant […] on cherche -comme les archéologues- des sites non déflorés […] », (op. cit., 1982, p.36). []
  21. Parmi les plus anciennes de l’école archéologique française puisque commencées en 1880, Ballu les dirige dès 1889. []
  22. Voir (GUILMEAU-SHALA, 2011, pp.5-8) sur la diffusion et de la fortune des dessins.
    []
  23. Lauréat du Grand Prix d’architecture de l’Ecole des Beaux-Arts en 1823, il part ensuite pour la Villa Médicis, où il réside cinq années. Il y rencontre Léon Vaudoyer et les frères Henri et Théodore Labrouste. Henri Labrouste est surnommé « l’Etrusque », Duban lui, le « Pompéien ». Petit monde interconnecté… []