La reine des pierres : restauration ou réhabilitation architecturale ?

Crédit photographique : Réhabilitation de l’hôpital militaire de Valenciennes.


     Avec la conception de Viollet-le-Duc sur la restauration d’un édifice, consistant à mettre en exergue la structure architecturale, on ne panse plus l’édifice, on le pense1. Jusqu’à produire un résultat éloigné voire inconnu du projet primitif. Pour Ruskin en revanche, il s’agit de conserver tel quel et quoiqu’il advienne2.

La restauration architecturale en 2015. Quelle est-elle ou que devrait-elle être ?


Elle se doit d’être avant tout historique. Le passage par les archives, lorsque cela est possible, est un préalable OBLIGATOIRE quand il s’agit de reconstituer l’état originel d’un bâtiment.
Si l’on se réfère à la Charte de Venise la restauration est définie comme le processus de conservation du patrimoine bâti réalisé dans sa globalité3. Quel est le but avoué d’une restauration si ce n’est de transmettre – en conservant – le patrimoine bâti aux générations futures ? Rénover, réhabiliter, restaurer, réparer, entretenir ne sont au final que des termes qui expriment une démarche plus vaste, celle de la conservation.
Tout l’enjeu consiste à faire de la restauration une étape (et non l’unique élément) dans le processus de conservation d’un monument visant à mettre en avant « l’esthétique » mais aussi l’histoire de celui-ci. En essayant dans la mesure du possible et selon les contraintes, principalement économique et fonctionnelle, de respecter sa « valeur ancienne ».

     Pour cela plusieurs opérations sont disponibles, outre le travail d’archive, qui répondent à deux principes : l’intervention minimum et la réversibilité4. Ils doivent se coupler au respect des différentes phases de la vie du monument et trouver complément dans le souci de lisibilité concernant toutes interventions contemporaines. Au moment où l’on effectue la restauration s’entend. D’ailleurs il vaut mieux préférer la consolidation au remontage voire à la reconstruction imaginaire. Il est toujours possible de réaliser cette dernière à condition que cela soit signalé clairement. D’où bien évidemment l’importance de la documentation à disposition.
Il serait dommage qu’après tant d’efforts et d’argent dépensé on oublie l’entretien et le suivi de l’édifice après sa restauration… Bien entendu la difficulté est accrue lorsque le public – l’accessibilité pour le tourisme – est mise en exergue. Cependant la réutilisation est le meilleur moyen paradoxalement de le conserver. Le rôle prépondérant d’une collaboration intense entre les archéologues, les architectes, les techniciens (la liste est tronquée), pour mener à bien une restauration efficace, demeure une évidence. Il est important par ailleurs de s’interroger sur l’utilisation de matériaux et de techniques contemporaines avant leur mise en application sur le bâtiment. Les matériaux dits traditionnels comme la terre, la paille, le chanvre, le lin, le bois, utilisés pour restaurer des bâtiments, « redécouverts » aujourd’hui en tant qu’éco-matériaux sont particulièrement appréciés pour leurs qualités sanitaires, écologiques et naturelles.
On laisse de côté dans le cadre de ce billet, les descriptions concernant le chantier proprement dit mais on en résume rapidement les étapes principales.
Le maître-mot : organisation. Cela passe par la planification des travaux, la répartition des tâches, l’approvisionnement, le stockage, la gestion du matériel et des matériaux avant le chantier de restauration lui-même. C’est avec ce dernier qu’entrent en jeu le cahier de chantier, le suivi documentaire, la mise en place des techniques (aménager les abords, mettre en place les échafaudages, l’outillage, etc.). Tout ceci régit par un autre maître-mot : la sécurité.
Oui il y a les relevés, oui éventuellement des travaux archéologiques, oui probablement des ateliers spécialisés pour la couverture ou la charpente, etc., mais tout ceci subit la contrainte d’un maître-mot : résumer !

La réhabilitation en architecture

     De toute évidence et dans la mesure où l’on a déterminé que la conservation accueillait l’ensemble des pratiques que l’on s’efforce en ce moment de définir, des éléments s’appliquent et sont communs aux deux démarches, restauration et réhabilitation.

Quelle est la destination actuelle du bâtiment ? Quel est son état, fondations, structures, toitures, menuiseries, etc.) ? Comment est-il entretenu ? Quelle est la faisabilité du projet en fonction des critères sociaux, économiques et financiers ? La dernière question est sans doute la plus cruciale.
La réponse à ces interrogations est un préalable à la réussite de tout projet de réhabilitation, qui doit concorder avec les attentes du maître d’ouvrage.
Réhabiliter ce n’est pas reconstruire. La réhabilitation est un art spécifique qui doit faire appel à une grande connaissance de ce qui existe. Il est donc indispensable de « savoir lire » le squelette de l’édifice afin de diagnostiquer les « défauts » et « désordres » afin de réemployer au maximum les structures existantes.

Les acteurs

     Le lecteur pourrait s’attendre à trouver une liste répertoriant architecte, ingénieur, artisan, mairie, collectivité territoriale, etc., mais on fait le choix de retenir des acteurs moins évidents.
1) Les maquettes numériques en architecture. Pour élaborer des projets de restauration, il est désormais possible de compléter, suppléer voire remplacer en cas d’absence les dessins d’architecture (plans, coupes, élévations). En effet, l’ordinateur nous offre maintenant la possibilité de très intéressantes images de synthèse. À partir des données 2D fournies par l’architecte et des données 3D issues de la digitalisation, il est possible de réaliser une maquette numérique. Un séminaire traitant de cette technologie était dispensé à Paris pour les caravansérails Sassanides, en particulier celui de la ville de Bam en Iran5. Il s’appuyait sur des travaux menés au sein de l’EVCAU en partenariat avec le département des antiquités coptes du Louvre et le NII (National Institut of Informatique) de Tokyo.
2) Les archives de l’architecture.
3) La patrimonialisation et les stratégies de conservation. Le rôle essentiel joué par le tourisme dans la construction patrimoniale, à la fois dans l’espace « réel », à la fois dans les mentalités (voir infra.).
4) La « société » en quête d’une identité, d’une symbolique de la représentation de la mémoire à travers la conservation d’un patrimoine bâti. C’est assez évident concernant les maisons d’Ispahan qui ont été restaurées et réhabilitées, où tout a été fait comme un travail de mémoire contre l’oubli6. On relève que les demeures en bois et en terre sont maintenant trop grandes et inadaptées aux normes de confort contemporaines. À méditer…

Gestes

     Point ici d’enduit retiré pour observer la lézarde et mieux percevoir la structure originelle. Point de tailleur de pierre, de relevés, non rien de tout cela. C’est encore là un choix délibéré d’orienter la réflexion sur les notions de mémoire, d’histoire, d’identité. L’ellipse opérée ne signifie pas méconnaissance.
L’architecture est un objet soumis au jugement de ceux qui vivent dans les édifices. Dans le monde actuellement le patrimoine, pas seulement immobilier et matériel, est un indicateur des revendications identitaires. Il faut donc pouvoir développer des méthodes qui englobent sa conservation dans son contexte culturel. On ne parle pas de nationalisme, l’expression serait sans doute trop forte et malvenue mais il est évident que le patrimoine permet à des populations de trouver (ou retrouver) une identité. Les gestes pour la préservation doivent donc être, si ce n’est mesurés, tout au moins calculés en fonction des forces en présence, en gardant en point de mire que les choix orchestrés le sont pour le futur. L’architecture a un impact sur les territoires, elle s’adapte généralement à son espace et à sa temporalité donnant ainsi l’ossature des histoires humaines, de l’Histoire.
C’est principalement pour cet aspect si particulier de cet art qu’il est prudent et judicieux de travailler à la conservation du bâti dans son contexte originel, sans trop tenir compte des théories (manifeste, traité) et autres images mentales véhiculées par le temps.

Objectifs

     La conciliation, mamelle nourricière de tout acteur de la conservation du patrimoine. Pour le représentant « officiel » en France, le ministère de la culture et de la communication, la mission est de déterminer l’intérêt public sous ses aspects historique et artistique…
Bien entendu quelle que soit la qualité des critères retenus pour la mise en valeur, ceux-ci ont un coût et le fait de réclamer auprès des pouvoirs publics des financements ne suffit pas à les obtenir : budgets d’États conservés dans des passoires, contexte de crise économique en ligne de mire et en contre-point. Il reste possible de trouver des investisseurs mais l’aspect de rentabilité économique prévaut souvent. Sans compter les « ratés » où la conservation se résume à un monde irréel où l’édifice est coupé de son contexte, voire « muséifié ».

Problématiques

     Les dilemmes. Si l’on généralise, construire actuellement revient à trouver le compromis entre rapidité et rentabilité, économie d’idée pour économie d’argent. Pour les fumistes, euh pardon, « l’élite » de l’architecture mondiale portée aux nues par des pairs triés sur le volet, l’économie d’idée prévaut toujours mais devient synonyme de dépenses excessives et inutiles. L’enseignement du projet tel qu’on l’a suivi en école d’architecture ne peut que produire, s’ils veulent « réussir », les admirateurs futurs de cette vision élitiste d’un art, qui devrait pourtant et avant tout, répondre à un besoin, proposer une fonction et une destination adéquates. Peut-on être surpris lorsqu’un grand nombre d’enseignants vouent un culte à l’heure actuelle à Le Corbusier ? Les mêmes cumulent peut-être en étant bonapartiste, gaulliste ou chiraquien…

Pour les édifices déjà élevés, toute la difficulté consiste à accorder les antagonismes, soit la spéculation et l’intérêt public, le dirigisme et le libéralisme, le regroupement et la décentralisation, la rentabilité rapide et la pérennisation. OUILLE ! Les mêmes réalités se retrouvent dans le cadre de la conservation du patrimoine avec le danger de fabriquer un moule trop étroit pour ses nombreuses facettes du patrimoine. Marrakech, ville marocaine inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO est l’exemple piège de la ville musée et d’une certaine forme de néocolonialisme. Elle illustre le triste bilan de l’impact du tourisme, allié aux vides juridiques, etc.
Marqué par le concept de la valeur culturelle de Riegl, les mémoires de Master que l’on a rédigés abordent immanquablement la question de l’usage d’un bâtiment7. Pour résumer, toutes sortes de valeurs sont attribuées aux édifices, objets et œuvres, désignés récemment sous le terme de biens culturels. Les valeurs de passé sont basées sur la capacité d’un monument à évoquer, à informer ou à rappeler un souvenir. Les valeurs d’actualité sur le fait que tout monument peut être considéré comme l’égal d’une création contemporaine.
Influencé qui plus est par les écrits de Durand sur cette question, on se présentait en pourfendeur de la valeur « commerciale » au profit de l’utilité et de l’usage8. Malgré plus de nuances relatives à ces positions passées, on estime qu’elles restent encore très vraies lorsqu’il s’agit d’éviter la « muséification ».

     Comme on l’a laissé entrevoir, le patrimoine est essentiellement une affirmation identitaire, souvent nationale, concomitante d’une perception de l’Histoire et de l’espace que l’altérité a contribué à créer et à diffuser. Les camps de réfugiés palestiniens du Liban (camps, groupement, implantation, zone habitat informel) à la base lieux de passages, se sont pérennisés. Ils sont maintenant revendiqués par les populations qui les occupent9.
Parce qu’il leur est proposé un système de représentations d’eux-mêmes et du monde apte à donner du sens à la période tourmentée qu’ils traversent, les coptes d’Égypte sous Nasser « retournent » à l’église10. Ce retour à la « tradition » symbolise la recherche d’une identité occultée voire niée par le pouvoir en place. La tradition, en cela rejoint la conception de Viollet-le-Duc, tout s’invente et peut être la renaissance de quelque chose qui n’a jamais existé. Il est donc important de différencier mémoire et patrimoine. Faut-il rappeler que La Cité de la Muette « n’a été » classée monument historique qu’en 2001 ? Un film ne lui est consacré que très récemment.

Le patrimoine est même devenu immatériel. Dès lors quelle valeur lui attribuer ? Que conserver et sur quels critères ? Comment conserver et dans quels buts ?
Cela se résume à devoir déterminer les enjeux de la patrimonialisation11. Mais que se cache-t-il sous ce vocable ?
Restaurer et réhabiliter sont les artefacts d’un projet plus vaste, la conservation. Généralement lorsqu’une démarche de patrimonialisation est entreprise, c’est suite à un accident de parcours dans la vie de l’édifice qui remet en question son usage. Le processus colonial de patrimonialisation, protection du cadre bâti des médinas et des centres anciens – politique tracée par Lyautey dès le début du protectorat au Maroc – se comprend dans le rapport entre la protection, le Protectorat et la pacification. Rien n’est neutre et il faut alors « gérer » en conséquence ce patrimoine12. Selon le contexte des contradictions apparaissent. La pression foncière omniprésente et consécutive à l’augmentation de la population et donc de la densification urbaine, entre en contradiction directe avec la conservation du patrimoine bâti. Il est désormais courant de démolir puis de reconstruire dans un souci de rentabilité accrue. Les oppositions de style entre la DRAC et les pouvoirs locaux sont parfois dignes du village gaulois Uderzo-goscinnyen.
Mais il est vrai que la marge de manœuvre est bien étroite et que la question de savoir ce qui « vaut ou pas » patrimoine est légitime.
Les abus peuvent apparaître également sous couvert de l’intérêt public (patrimoine de tous…) avec des groupes qui arrivent à imposer leur point de vue et donc leur propre intérêt. Ce n’est qu’une illustration de la démocratie grecque, où une minorité gouverne pour le bien et dans l’intérêt de tous. Comment ? C’est le modèle politique républicain « appliqué » en France ???

     Le patrimoine n’est pas – n’est plus ? – exclusivement valeur symbolique. Il est avant tout valeur économique. L’aliénation du patrimoine, en miroir (de poche) au concept de Marx pour le travail, est une construction de l’esprit qui détermine pour l’individu ce qu’il doit se choisir comme mémoire.
La liberté de chacun réside dans la possibilité de masquer quelques pans, de mettre en valeur quelques autres, de diminuer ou d’augmenter cette mémoire constituée à l’extérieur de lui.

||~ Pour citer cet article : “La reine des pierres : restauration ou réhabilitation architecturale ?”, par Lionel Bagur. Publié sur prééminence-chamaelo, le 13 juillet 2015. Lien : http://chamaelo.hypotheses.org/328. ~||

BIBLIOGRAPHIE

AGIER Michel, Un monde de camps, Paris La Découverte, 2014.
ARRIF Abdelmajid, « Le paradoxe de la construction du fait patrimonial en situation coloniale. Le cas du Maroc », Revue du monde musulman et de la Méditerranée, vol. 73, n°73-74, 1994, pp.153-166.
BERNARDOT Marc, Camps d’étrangers, Bellecombe-en-Bauges [Dpt. 73], Éditions du Croquant, coll. « Terra », 2008.
BOUET Olivier, CHOPIN Franck, « Modélisation et reconstruction pour le patrimoine : réalité virtuelle et exploitations des maquettes numériques », séminaire de M1 de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-Val de Seine, 1er semestre années 2006 et 2007.
BOUMAZA Nadir (et al.), Villes réelles, villes projetées. Villes maghrébines en fabrication, Paris, Mainsonneuve & Larose, 2005.
DIBA Darab, REVAULT Philippe et SANTELLI Serge, Maisons d’Ispahan, Paris, Maisonneuve & Larose, coll. « Architecture et société », 2002.
DORAÏ Mohamed Kamel, Les réfugiés palestiniens du Liban. Une géographie de l’exil, Paris, CNRS Éditions, coll. « Moyen-Orient », 2006.
DURAND Jacques Nicolas Louis, Précis des leçons d’architecture données à l’école polytechnique, Paris, Chez l’auteur à l’École Polytechnique, vol. 1, an X [1802].
GIRARD Muriel et JELIDI Charlotte, « La patrimonialisation de l’architecture produite sous le Protectorat français au Maroc (cas de la médina de Fès) », Hesperis-Tamuda, vol. XLV, 2010, pp.75-88.
KADRI Boualem, « La medina ou casbah d’Alger : mythologie et attraction touristique. Processus de formation de la ressource et évaluation du niveau de sacralisation », dans Ali Hadjiedj, Claude Chaline et Jocelyne Dubois-Maury (dirs.), Alger les nouveaux défis de l’urbanisation, Paris, L’Harmattan, 2008, pp.189-193. [2003].
KURZAC-SOUALI Anne-Claire, « Les médinas marocaines : une requalification sélective. Élites, patrimoine et mondialisation au Maroc », Insaniyat, vol. 50, octobre-décembre 2010, pp.61-67.
MICHELI Francesca (de), « La mise en image touristique : entre falsification et appropriation. Le ksar Ait Ben Haddou au Maroc », dans Hadj Miliani et Lionel Obadia (dirs.), Art et transculturalité au Maghreb. Incidences et résistances, Paris, éditions des archives contemporaines et AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), 2007, pp.65-72. [Actes de la journée d’études organisée par le CRASC (Centre de recherches en anthropologie sociale et culturelle) et le DCAM (Diversité des expressions culturelles et artistiques et mondialisations, Oran, 2-3 décembre 2006)].
RIEGL Aloïs, Le culte moderne des monuments. Son essence et sa genèse, (traduit de l’autrichien par Daniel Wieczorek), Paris, Éditions du Seuil, coll. « Espacements », 1984. [1903].
RUSKIN John, Les sept lampes de l’architecture suivi de John Ruskin par Marcel Proust, (traduit de l’anglais par George Elwall), Paris, Denoël, coll. « Romans traduits », 1987. [1849].
SEKLANI Mahmoud, « Villes et campagnes en Tunisie. Évaluations et prévisions », Population, n°3, juin-juillet 1960, pp.485-512.
VALENSI Lucette, « La medina de Tunis : une tentative d’analyse des formes actuelles », Annales. Histoire, Sciences Sociales, n°4, juillet-août 1970, pp.913-914.
VIOLLET-LE-DUC Eugène, Entretiens sur l’architecture, Paris, A. Morel et Cie éditeurs, 1863.
VOILE Brigitte, Les coptes d’Égypte sous Nasser. Sainteté, miracles, apparitions, Paris, CNRS Éditions, coll. « Moyen-Orient », 2004.

  1. (VIOLLET-LE-DUC, 1863). []
  2. (RUSKIN, 1849). []
  3. Charte internationale sur la conservation et la restauration des monuments et des sites. Depuis 2000 avec la Charte de Cracovie y sont inclus le paysage et l’environnement. []
  4. On ne recherche pas ici l’exhaustivité. []
  5. (BOUET et CHOPIN, 2006 et 2007). []
  6. (DIBA, REVAULT et SANTELLI, 2002). []
  7. (RIEGL, 1903). []
  8. (DURAND, 1802). []
  9. (DORAÏ, 2006). En complément, se reporter à (AGIER, 2014) et surtout (BERNARDOT, 2008). []
  10. (VOILE, 2004). []
  11. Elle débute en 1973 avec la protection des édifices du XIXe. []
  12. Sur la démarche de patrimonialisation au Maghreb, voir (BOUMAZA, 2005, pp. 303-349). Sur la médina, par exemple, (Valensi, 1970) et (Seklani, 1960, pp.497-498) pour la Tunisie, pour le Maroc (Kurzac-Souali, 2010). Sur le phénomène de muséification entamé durant le moment colonial français en particulier, voir (Arrif, 1994) et (Micheli, 2007) et qui perdure actuellement, voir (Girard et Jelidi, 2010). Pour Alger sans cesse tiraillé entre projet de réhabilitation, démolition et immobilisme, voir (Kadri, 2008). []